Contactez-nous par mail
ou au
03 85 20 91 51

Créer et Innover

Les pôles d'innovation du Mâconnais Sud Bourgogne

A seulement 35 minutes de Lyon en TGV et 50 minutes par autoroute, le Mâconnais Sud Bourgogne s’affirme comme une terre d’accueil d’entreprises innovantes, en misant sur trois pôles d’excellence : le numérique, l’éco-construction et la viti-viniculture.

NUMÉRIQUE

INOBYZ – L’ACCÉLÉRATEUR POUR START-UP NUMERIQUE

Stephan Marrocq, directeur général d’Itelios, et Fabian Humbert, président directeur général de Kineti, ont créé en septembre 2016, Inobyz en partenariat avec l’agglomération de Mâcon. Cette association offre un tutorat personnalisé et gratuit de 12 mois à des start-up, dont les développements seront basés à la Cité de l’entreprise. Pour être éligibles, les entrepreneurs doivent développer une activité dans l’une des thématiques suivantes : la digitalisation des métiers, le big data et l’analyse prédictive, les nouveaux services digitaux territoriaux, l’internet des objets. Au-delà des conseils avisés de ces entrepreneurs qui ont à leur actif déjà plusieurs créations de startups, les heureux lauréats bénéficieront de leur réseau commercial et financier. Un moyen efficace d’accélérer sa croissance.

RÉSEAU

Tous les jeudis matin, la Cité de l’Entreprise accueille le Café des start-up, un événement ouvert aux entrepreneurs du territoire. L’objectif : partager des solutions pratiques à des problèmes concrets, de façon informelle. Un accompagnement convivial... à l’innovation !

MÂCON OBJETS CONNECTÉS

Kineti déploie son mobilier tactile à l’international

Trop petite, la tablette ? Place aux tables, totems, bornes et bars interactifs ! Avec sa gamme de mobilier tactile, la société mâcon¬naise Kineti Technologies entend bien conquérir le monde, à commen¬cer par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Créée par Guillaume Merrouche et Fabian Humbert, et installée à la Cité de l’Entre¬prise, la start-up s’est hissée en seulement deux ans à la place de leader sur ces technologies, et accompagne déjà des groupes tels L’Oréal, Engie ou Airbus ; elle est même reconnue par les plus grands, puisque Microsoft l’expose dans ses « Microsoft Technology Centers », vitrines de l’innovation mondiale. Pour accélérer son développement, l’entreprise prévoit de recruter en 2017 entre 10 et 20 nouveaux collaborateurs sur des postes de commerciaux et d’ingénieurs développeurs. Ses projets visent tant le marché des entreprises, avec la création de logiciels pro¬fessionnels (comme K-Immo, destiné aux professionnels de l’immobilier pour des visites virtuelle à 360°), que le grand public, avec sa nouvelle table basse tactile pour les familles.

MÂCON COMMERCES CONNECTÉS

Itelios réinvente les magasins

La société de services numériques Itelios, spécialisée en commerce connecté, élargit son champ d’activités : non seulement elle renforce sa stratégie d’accompagnement des marques en France et à l’international (en particulier en Europe et en Asie), mais elle cible aussi les magasins en s’appuyant notamment sur son partenaire lyonnais, l’édi¬teur de progiciels Cegid. Stephan Marrocq, directeur général et cofondateur d’Itelios, explique : « Nous entendons développer les scénarios d’achats du consommateur ». Créée en 2003, l’entreprise qui se déploie aujourd’hui entre son siège à Paris, Mâcon (Cité de l’Entreprise) et Lille, emploie 200 collaborateurs, et réalise un CA de 13 M€ (2015).

MÂCON DATA / BLOCKCHAIN

Manager de Talents invente le recrutement 3.0

« Mâcon devient un haut lieu de la gestion de la Data ; nous entendons affirmer notre exper¬tise et notre éthique en matière de gestion RH 3.0 ! ». Avec son hub Managerdetalents. com, qui met en relation les entreprises et les offreurs de compétences, Pascal Semy ne réinvente pas seulement le recrutement : il participe à la création du volet RH d’un pôle d’excellence sur la gestion de la Data.
« Le principe de notre plateforme collabo¬rative consiste à donner pour recevoir. En échange d’informations sur son parcours et ses réalisations, l’utilisateur (demandeur d’emploi, auto-entrepreneur, salarié, alter¬nant alter-nant, freelance...) reçoit des jetons qui lui permettent d’accéder à des services tels que des formations en ligne, du coaching, des bilans personnels... »
Créé en février 2015 à la Cité de l’Entreprise de Mâcon, managerdetalents est intégré à l’espace Emploi Store de Pôle Emploi depuis le mois de mai, et rassemble déjà sur toute la France 1800 utilisateurs géo¬localisés, une dizaine de grands comptes apporteurs de projets et une dizaine de par¬tenaires. « Grâce à la technologie Blockchain, chaque partenaire a accès aux informations des utilisateurs. Nous allons ainsi à l’encontre des dérives du Big Data ».

ÉCO-CONSTRUCTION/ÉCO-RÉNOVATION

Le Cluster dédié à la Rénovation et l’Eco-Construction Innovante

L’Association RECI (Rénovation et Eco-Construc¬tion Innovante) a annoncé la création d’un clus¬ter basé à l’ENSAM de Cluny, au cœur du pôle de compétence matériaux / construction. « L’objectif sera de promouvoir les matériaux de construction bio¬sourcés dont l’utilisation concourt au stockage de carbone atmosphérique et à la préservation des ressources », explique Bernard Boyeux, membre de l’association et dirigeant du bureau d’études BioBuild Concept.
Concrètement, les initiateurs du futur cluster entendent fluidifier le transfert des connais¬sances des laboratoires vers les entreprises, et accompagner les PME dans leurs démarches d’évaluation technique pour qu’elles puissent commercialiser leurs produits innovants. « Nous projetons aussi de créer des formations spéci¬fiques pour les professionnels, et d’informer le grand public des innovations via le portail web Vegetal-e.com et le site web du Cluster RECI (mise en ligne prévue en 2017, ndlr) ».

Bientôt un village d’entreprises dédié à l’éco-construction

Un showroom grandeur nature des tech¬niques les plus innovantes en matière d’éco-construction et d’éco-rénovation : voilà le projet qui est à l’étude à la Commu¬nauté d’Agglomération du Mâconnais Beaujolais, qui entend faire du Mâconnais Sud Bourgogne un territoire d’excellence et moteur d’idées nouvelles dans ce domaine. Anthony Joubert-Laurencin, Chargé de mission Déve¬loppement économique, explique : « Les élus souhaitent apporter des réponses concrètes aux enjeux de la Loi relative à la transition éner¬gétique, en créant sur notre territoire les condi¬tions pour que l’innovation se diffuse auprès des professionnels et des particuliers ».

Le village d’entreprises devrait voir le jour au sein de l’Europarc Sud Bourgogne, pour ras¬sembler des artisans du bâtiment, des labo¬ratoires de recherche, et des prestataires de services (bureaux d’études, architectes...). Les locaux, construits « selon les technologies les plus innovantes », pourront être accessibles aux professionnels mais aussi au grand public. « Le village sera aussi doté d’équipements struc¬turants, comme une plateforme technique de formation des artisans et une matériautech », précise Anthony Joubert-Laurencin. II

CLUNY RÉNOVATION THERMIQUE

I-Tech-Bois vise un CA d’1M€ à 3 ans
Après s’être fait connaître pour son concept novateur de façade isolante préfabriquée en bois, I-Tech-Bois (création en avril 2014 ; CA : 330 K€ en 2015) poursuit son développement, et ambitionne un chiffre d’affaires d’1 M€ d’ici trois ans. « Nous avons étendu notre offre à la fabrication de cottages, en nous appuyant sur nos techniques d’isolation en bois, laine de bois et fibres de bois. En parallèle, avec l’Ensam de Cluny, nous développons un nouveau pro¬duit : du lamellé collé avec une lame isolante, 30% plus performant qu’un lamellé collé clas¬sique en chêne », explique le dirigeant Thibault Chastagnier, diplômé de l’Ensam et de l’ESTP. « J’ai choisi Cluny pour mes études et n’en suis plus reparti, car j’y ai rencontré des entrepre¬neurs ouverts au travail collaboratif ! A l’image de Jacques Dussert et de Pascal Nugues, qui m’ont aidé à concrétiser le concept d’une façade isolante 100% bois français ».

ÉNERGIE

Bien décidée à faire vivre ses labels de « Territoire à énergie positive pour la croissance verte » - Tepos et Tepcv, la commune de Tramayes s’est engagé sur un important programme d’écoconstruction et d’écorénovation. C’est l’exemple même où la commande publique permet de mettre en oeuvre des solutions globales et innovantes pour atteindre des objectifs ambi¬tieux de confort tout respectant l’environnement. Elle poursuit aujourd’hui cette démarche et développe trois nouvelles opé¬rations pour diminuer encore sa consommation d’énergie tout en favorisant une utilisation optimale des énergies renouvelables.

Son maire, Michel Maya, explique : « D’ici un peu plus d’un an, nous serons en mesure de livrer 10 loge¬ments parfaitement isolés et dépas¬sant les objectifs BBC (Bâtiment Basse Consommation, ndlr.), grâce à une chaufferie bois et l’installation de panneaux photovoltaïques et de panneaux mixtes ». En parallèle, la commune réhabilite une école ; celle-ci sera auto-consommatrice de l’électricité produite par ses panneaux photovoltaïques. « Par ailleurs, nous avons raccordé cinq logements, une salle de classe et une halte-garderie au réseau de chaleur alimenté par notre chaufferie bois, ... » Loin d’un exemple isolé, ceux sont aussi deux intercommunalités du territoire - Matour et Cluny - qui sont aussi engagées dans cette démarche d’écoconstruction.

Conscients que cette démarche globale doit être aussi menée par les particuliers, les Elus en parte¬nariat avec le Conseil Régional, ont souhaité renforcer l’accompagne¬ment des porteurs de projet can¬didat à la rénovation énergétique par l’opération « Rénover en Sud Bourgogne ». Complétant l’appui des points info énergie et de l’ADIL, deux conseillères s’emploient à décrypter et à faire connaitre au grand public les solutions les plus performantes.

Activités connexes à la VITI-VINICULTURE

Fort du pôle d’ingénierie Mâconnais Sud Bourgogne, le territoire dispose des compétences nécessaires (mécanique, hydraulique, plasturgique, électronique, numérique, robotique, ...) pour accompagner les entreprises ou les personnes physiques dans leur projet de nouveaux produits destinés à la viticulture : de la définition de leur cahier d’usage jusqu’à la réalisation de leur présérie, en intégrant l’expérimentation grandeur nature avec les experts du Vinipôle Sud Bourgogne de Mâcon-Davayé.

DAVAYÉ RECHERCHE APPLIQUÉE

Le Vinipôle Sud Bourgogne innove pour une viticulture durable

« Réduire de 50 % l’usage des phytosani¬taires d’ici à 2025 » dans la région : tel est l’objectif que s’est fixé le Vinipôle Sud Bour¬gogne, structure de recherche appliquée en faveur de la viticulture durable. En tête de son programme 2016-2018, le défi est ambitieux mais relève d’un enjeu capital pour les 5 000 exploitations bourguignonnes, explique Didier Sauvage, le directeur du Vinipôle : « Contre le mildiou, l’oïdium, la pourriture grise, la flaves¬cence dorée ou encore la cochenille, les viticul¬teurs doivent pouvoir disposer de solutions efficaces, sur le plan économique mais aussi écologique. Plus largement, ils doivent pouvoir s’appuyer sur des méthodes innovantes, pour développer vraiment une viticulture durable ».
L’équipe du Vinipôle multiplie les axes de recherche en lien avec des laboratoires, des industriels, et des start-up : « Avec le laboratoire Le2i au Creusot, par exemple, nous mettons au point des outils pour que les produits ne soient pulvérisés que sur le feuillage ; nous participons aussi aux recherches sur le déve¬loppement de produits de biocontrôle... » A cela s’ajoutent des travaux visant à aider les viticulteurs à réduire leur consommation d’énergie, et à adopter des méthodes de fer¬mentation à basses températures limitant l’usage d’intrants. II

PÉRONNE MACHINES VITICOLES

GRV prévoit de doubler son activité d’ici cinq ans

GRV (Grosjean René Viticole), qui a réalisé cette année un CA de 4 M€ dont 30 % à l’export, projette de multiplier par deux son activité d’ici cinq ans. L’entreprise, qui fêtera ses 30 ans en 2017, compte aujourd’hui 27 employés - dont trois ingénieurs en bureau d’études, et ne cesse de recruter. En filigrane, la volonté du fondateur et Pdg René Grosjean de développer « une nouvelle génération de machines, qui répondra aux besoins futurs dans le respect des règles environnementales ».
GRV, qui consacre 10 % de son chiffre d’affaires à la R&D, est aujourd’hui connue dans le monde entier pour sa capacité à répondre sur-mesure aux besoins des viticulteurs (70 % de son activité), mais aussi des producteurs de sapins de noël, de thé, et même d’eucalyptus. Parmi ses dernières innovations : un épandeur tous produits, présenté sur le salon Vinitech Bordeau fin novembre, et une machine à vendanger que l’on pourra découvrir l’année prochaine au Sitevi de Montpellier.

MÂCON ROBOTIQUE

Wall-YE : une technologie à la conquête du monde

Le petit robot à énergie solaire entièrement recyclable conçu par la société Wall-YE devrait révo¬lutionner la viticulture. Sa mission : minimiser l’utilisation de produits phytosanitaires en tondant, taillant et épamprant, mais aussi - et surtout ! - en collectant des informations. « Equipé de caméras, il peut reconnaître chaque pied de vigne », explique son concepteur Christophe Millot, installé à Mâcon. « A terme, grâce à l’envoi d’ondes non-invasives, le robot pourra aussi détecter des maladies invisibles à l’oeil nu ».
Cette technologie innovante de reconnaissance de formes intéresse au-delà des frontières... et pas seulement dans le secteur de la viticulture ! Incubé depuis un an aux Etats-Unis par le Hous¬ton Technologie Center, l’entrepreneur travaille avec des biologistes des Hôpitaux de Houston, et réfléchit même au développement de solutions robotiques... pour la NASA ! D’ici là, les premiers robots vignerons seront mis en service : « Pour 2017, nous visons un CA de 2,5 M€, avec la pro¬duction de dix robots par mois ».